1.3.4. "Corps électrique" et champs morphogénétiques

Selon R. et B. Dutheil (ibid-page 76) : " Si nous reprenons l'image du film projeté, nous pouvons dire que notre corps sous-lumineux - ou soma - correspond à l'image perçue sur l'écran par le spectateur, le corps électrique photonique (vitesse de la lumière) au projecteur et la conscience superlumineuse à l'opérateur qui manipule le projecteur".

Et (ibid-page 48) : " L'origine du "programme génétique" s'explique ainsi fort bien: nous dirons qu'il s'agit (les champs morphogénétiques) du logiciel qui fait fonctionner ce programme. Cependant, le programmeur nous semble être encore ailleurs, au niveau de la conscience superlumineuse".

Et (ibid-page 68) : " L'hypothèse des champs morphogénétiques de Rupert Sheldrake peut parfaitement s'intégrer à ce modèle" (celui du "corps électrique").

Et (ibid-page 81) : " Cependant, ce corps électrique n'est pas le dernier niveau sur lequel on puisse agir. Dans notre modèle, nous supposons - cela est évidemment une hypothèse de travail - qu'il y a des intéractions constantes entre le corps électrique et le champ de conscience superlumineuse inhérent à tout individu".

 

RésuméP1

 

La figure pourrait laisser croire qu'il n'y a pas de relation entre la lumière immanente et le corps électrique. Bien entendu, il n'en est rien: ces 2 espaces "imprègnent" l'Homme, le mettant en communication instantanée à chaque instant avec tout l'Univers, et lui offrant la possibilité de communiquer avec les autres Univers de l'Autre Réalité. Dans une vision boudhique, Esprit-onde de lumière et conscience sont deux états du même " continuum de conscience ".

 Voir chapitre 4